Brendon Hartley, un Champion du Monde très occupé
Photo: WEC/Adrenal Media
Retour
10.11.2017 - 12h01

Brendon Hartley, un Champion du Monde très occupé

Le moins que l'on puisse dire est que, ces dernières semaines, le Champion du Monde des Pilotes d'Endurance 2017 n'a guère eu le temps de se poser... Et que cela va probablement durer jusqu'à Noël.

Le moins que l'on puisse dire est que, ces dernières semaines, le Champion du Monde des Pilotes d'Endurance 2017 n'a guère eu le temps de se poser... Et que cela va probablement durer jusqu'à Noël.

De début octobre à fin novembre, le Néo-Zélandais - qui fête ses 28 ans ce vendredi 10 novembre -  aura pris part à trois championnats différents, avec un calendrier de huit courses dans sept pays... Le tout sur huit week-ends consécutifs.

Le mois d'octobre a bien commencé pour Brendon Hartley, avec la victoire à Petit Le Mans, la manche finale du championnat américain IMSA, qu'il remporte au volant de la Nissan-Onroak DPi du team Tequila Patron ESM. Puis il s'envole pour le Japon et les 6 Heures de Fuji, qu'il termine en quatrième position en compagnie de ses coéquipiers Timo Bernhard et Earl Bamber.

C'est pendant son séjour japonais que ce pilote aussi populaire qu'attachant apprend qu'il va rejoindre la Scuderia Toro Rosso sur le Circuit des Amériques pour le Grand Prix des Etats-Unis de Formule 1... Un accord prolongé depuis jusqu'à Abu Dhabi, dernière manche 2017.

Ces dernières semaines, le "plan de vol" du blond Kiwi sera donc passé par les Etats-Unis, le Japon, les Etats-Unis à nouveau, le Mexique, la Chine, le Brésil, Bahreïn et Abu Dhabi. De quoi pousser dans ses derniers retranchements ses capacités personnelles d'endurance, au fil de milliers de kilomètres en avion.

Le week-end dernier, la deuxième place aux 6 Heures de Shanghai est largement suffisante pour assurer au natif de Palmerston North (Ile du Nord de la Nouvelle-Zélande) un deuxième titre mondial des pilotes d'endurance, assorti qui plus est de sa première victoire aux 24 Heures du Mans en juin dernier.

En définitive, ce grand champion du WEC ne pourra véritablement prendre qu'à Noël des vacances bien nécessaires dans sa Nouvelle-Zélande natale. En tout ca, un repos bien mérité, cher Brendon !
 

Fiona MILLER